Rencontres Sociales

Regards

Umar Saïd n’est plus

14 octobre 2011

Umar Saïd journaliste économique, homme unique de conscience, d’engagement et de solidarité est décédé le 7 octobre 2011 à Montreuil à l’age de 83 ans.

Umar Said fut un acteur ou témoin actif de la naissance exaltante de l¹Indonésie indépendante, à l’émergence laborieuse du « tiers-monde », de la conférence de Bandung au printemps arabe de 2011.

Journaliste auprès de Sukarno, défenseur inlassable de droits et libertés et du Timor, il fut contraint de rester au Chili en 1965 pendant le coup d¹état de Suharto.

Séparé de sa famille pendant de nombreuses années.

Il commence un long exil qui va l’amener en Afrique, au Moyen-Orient et surtout en Chine où il va passer sept années et devient directeur du Bureau du Secrétariat de la PWAA.

En 1974, il obtient l’asile politique pour venir en France. Il rejoint le Comité Vietnam, fait connaître la cause des prisonniers politiques et participe aussi au comité d’information sur Timor que les généraux indonésiens veulent annexer par la force.

Umar se voit proposer un poste à la SMAR (Société de Secours Mutuels du personnel du ministère de l’Agriculture et du Ravitaillement).

Il rencontre la CIMADE (Comité Inter Mouvements Auprès Des Évacués), le CCFD (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement), Amnesty international, le Parti Socialiste et d’autres organisations politiques ou ONG comme France Terre d’Asile ou, plus tard la Fondation France Libertés de Danielle Mitterrand.

Fondateur du restaurant Indonesia à Paris une SCOP pas comme les autres, Il faisait partie de ces militants pour qui l’économie est un domaine d’intervention et d’engagement. Umar Said en a été l’animateur inlassable mettant au service de ce lieu original ses qualités humaines, son écoute.

Umar devint également français sous le nom de André Aumars ; en 1988, il créé une nouvelle entreprise appelée China Documentation & Communication et assure le contenu éditorial et la fabrication d’un journal de veille économique - Chine Express ­

En 1998, à la chute du dictateur Suharto, Umar peut enfin retourner dans son pays d’origine. En 2000, il accompagne Danielle Mitterrand et une délégation de France Libertés et d¹autres ONG en Indonésie. Pak Umar a lancé en 2002 son site internet http://umarsaid.free.fr Parallèlement il a entamé la rédaction de ses mémoires « Un chemin de vie », un legs à ses fils, à ses amis d’un parcours au service d’un engagement constant. Le 24 Janvier 2011, Umar Said a reçu la Médaille de la Ville de Paris pour son parcours d’innovateur social.

Cet homme qui a rencontré Nehru, Chou En Lai, Nasser, Hô Chi Min, Fidel Castro était reconnu pour sa grande humilité.

Des messages venus de tous les continents expriment l’immensité de la perte de cet homme exceptionnel.

On pourrait dire qu’Umar Said a déjà eu deux vies. Il a dans l’une et l¹autre illustré une capacité extraordinaire à inventer l’avenir, mais pas seulement le sien propre. Il l’a fait d’abord en Indonésie, dans le grand mouvement d’émancipation collective de son peuple. Puis dans un second temps lorsqu’il a dû fuir son pays. Devenu citoyen du monde, sa détermination individuelle lui a permis de créer plusieurs collectifs originaux d’information ou de travail en fidélité à son identité d’origine.

Contact : Danielle Desguées et François Vescia danielle@desguees.fr

Dans la même rubrique

Sur le web (fils RSS et sites associés)

Actualités

Tous les articles de la rubrique

Livres et publications

Tous les articles de la rubrique

Creative Commons License Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons
Ce site est réalisé avec logo spip logiciel sous licence GNU/GPL - Contact - Plan du site - Rédaction